c_erhel_deputee #DirectAN Texte Simplification de la vie des entreprises avec @montebourg @mandonthierry Priorité du quinquennat, simplifier, accélérer
2hreplyretweetfavorite
c_erhel_deputee @rvbzh @JJUrvoas merci de lire notre communique sur nos blogs respectifs, pas de double langage et nous présents jusqu a samedi 2h15
c_erhel_deputee RT @JJUrvoas: Se promener au bord de l'océan en Bretagne penser aux débats sur la #Réformeterritoriale et se dire qu'on a eu raison http://…
c_erhel_deputee #reformeterritoriale #DirectAN 2H15 fin de l'examen délimitation des Régions et modification du calendrier électoral. Vote le mercredi 23/07
c_erhel_deputee @HuguesFourage #reformeterritoriale il est vrai que nous avons bcp parle de la Bretagne mais avons aussi fait un beau tour de France

Corinne Erhel



Carte des régions : l’essentiel est préservé

 

L’Assemblée nationale a donc adopté ce vendredi à 6h du matin, après une longue nuit de confrontations, une nouvelle carte à 13 régions qui maintient dans leurs limites actuelles tant la Bretagne que les Pays de la Loire et le Centre. Nous savons le sentiment de déception qu’elle suscitera chez un grand nombre de Bretons – et nous le comprenons. Cependant, dès lors que le Président de la République n’avait pas souhaité ouvrir le débat sur le périmètre des régions, le rattachement de la seule Loire-Atlantique à la Bretagne demeurait en réalité, à ce stade, un objectif inatteignable. Comme nous l’avons toujours dit, l’alternative ne pouvait alors être qu’entre le statu quo et la fragilisation dans un ensemble non identifié.

La position des députés socialistes est connue depuis notre réunion du 29 juin à Lorient autour de Jean-Yves Le Drian et de Pierrick Massiot. Membres de la majorité parlementaire, soutiens indéfectibles du Gouvernement de Manuel Valls, notre choix était celui du statu quo, seul cadre pertinent susceptible d’autoriser de futures évolutions.

En ce sens, l’adoption de cette carte est une victoire symbolique car le rapport de force, à l’Assemblée, penchait très clairement en faveur d’une fusion avec les Pays de la Loire, proposée par des amendements émanant des groupes socialiste, UDI et UMP. Que nous l’ayons évitée relève du miracle. A défaut d’avoir concrétisé l’idéal, nous assumons donc d’avoir préservé l’essentiel.

Ensemble, depuis le dépôt du texte devant l’Assemblée, chaque fois qu’il était possible de le faire, nous avons mené ce combat contre la fusion, forts de la conviction que la Bretagne, à l’échelle européenne, n’a aucun problème de taille, seulement un problème de puissance de feu.

La prochaine étape est déjà connue. Ce sera à l’automne prochain, lors de la discussion du projet de loi sur les compétences des régions, afin que la Bretagne se voie octroyer les moyens de son rayonnement national et international. Nous nous mobiliserons pleinement à cette occasion. Quant aux coopérations avec les Pays de la Loire (ou avec la Normandie réunifiée d’ailleurs), elles se poursuivront comme par le passé – les limites régionales n’ayant rien de frontières infranchissables…

Corinne Erhel, Députée des Côtes d'Armor

Jean-Jacques Urvoas, Député du Finistère & Président de la Commission des Lois

%18 %695 %2014, %15:%Juil
 

Le numérique réunit cinq ministres devant la Commission des Affaires économiques

A la suite du rapport d’information sur le développement de l’économie numérique en France, que nous avons présenté en mai dernier avec Laure de La Raudière, le Président de la Commission des Affaires économiques a souhaité réunir autour de la table les principaux ministres concernés par ce sujet central pour la croissance et l’emploi en France.

Nous avons donc auditionné hier Benoît Hamon, ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la communication, Fleur Pellerin, secrétaire d’État chargée du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger, Axelle Lemaire, secrétaire d'État chargée du Numérique, et de Thierry Mandon, secrétaire d’État à la Réforme de l’État et à la simplification.

En complément des nombreuses questions et pistes de réflexion que j’ai proposées, j’ai tenu dans mon intervention à rappeler la nécessité d’accélérer la conversion, de faire preuve d’audace, en sortant des sentiers battus, et d’afficher clairement objectifs, méthode, calendrier, moyens humains et financiers dédiés.

Il nous faut arrêter de réfléchir et de travailler en silos. Seule une approche horizontale, plurielle et interministérielle a du sens pour parler de numérique et déployer des politiques ambitieuses.

Lançons sans tarder, collectivement, un appel à l’innovation, à dépasser nos blocages culturels, à créer, à oser.

Consulter la vidéo de mes questions

L’intégralité de l’audition sur le site de l’Assemblée nationale

 

%03 %443 %2014, %09:%Juil
 

Mes questions à Jean-Ludovic Silicani lors de son audition par la Commission des Affaires économiques

La Commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale a auditionné ce matin Jean-Ludovic Silicani, Président de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP).

 

Consultez la vidéo de mon intervention

 

Réponses de Jean-Ludovic Silicani

%18 %712 %2014, %16:%Jui
 

Sable coquillier : Ségolène Royal opposée au projet d’extraction en baie de Lannion-Côte de Granit rose

Alors que nous attendons depuis plusieurs mois la décision concernant la demande de concession minière en vue d’exploiter un gisement sable coquillier en baie de Lannion-Côte de Granit rose, Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, dans un courrier, m’a fait part de son opposition au projet.

Je l’avais en effet alertée dès sa nomination sur ce sujet sensible, soulignant mon opposition ainsi que celle de nombreuses associations, organismes professionnels, citoyens et élus des communes riveraines concernées.

Le collectif Peuple des Dunes en Trégor avait de son côté également sollicité la ministre afin de la sensibiliser aux nombreuses interrogations légitimes soulevées. J’avais tenu à apporter mon soutien à cette nouvelle démarche.

Dans la continuité de mon engagement depuis janvier 2012, je demande une nouvelle fois le rejet de ce projet dont on ne peut ignorer les conséquences pour la biodiversité ou encore pour le littoral, mais aussi pour l'emploi et l’activité économique tant en mer qu’à terre.

%11 %823 %2014, %18:%Jui
 

Harmer & Simmons Lannion (ex-AEG Power Solutions France) : ma question au Gouvernement pour le maintien de l’emploi et des compétences

J’ai interpellé le Gouvernement ce matin dans l’hémicycle, dans le cadre de la séance de questions orales sans débat, sur la situation de la société Harmer & Simmons (ex-AEG Power Solutions France), fleuron technologique situé à Lannion. J’ai tenu à particulièrement insister sur la détresse des salariés du site.

Mono-fournisseur d’industriels nationaux majeurs, AEG Power Solutions Lannion et ses salariés détiennent une expertise de pointe et des compétences précieuses dont il faut défendre le maintien sur notre territoire.

J’ai donc interrogé le ministre sur les actions mises en œuvre par l’Etat pour assurer la sauvegarde des compétences et de l’emploi au sein de cette entreprise dans un bassin déjà fragilisé.

J’ai également souhaité souligner que le groupe AEG Power Solutions s’était totalement et brutalement désengagé du site de Lannion, alors qu’il a récemment cédé un de ses actifs, améliorant de fait sa situation financière.

Le tribunal de commerce de Saint-Brieuc doit statuer le 16 juin sur l’avenir du site, au vu des potentielles offres de reprise reçues. Si ces dernières ne s’avéraient pas concluantes, je demanderai aux pouvoirs publics la mise en place de mesures spécifiques d’accompagnement des salariés telles que prévues par exemple dans le Pacte d’avenir pour la Bretagne.

Consulter le texte de ma question ainsi que celui de la réponse du gouvernement, issus du compte-rendu de l’Assemblée nationale.

Consulter la vidéo de mon intervention et de la réponse de Thierry Braillard, secrétaire d’Etat aux Sports, au nom d’Arnaud Montebourg, ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique :

%10 %606 %2014, %13:%Jui
 
Page 1 sur 64