c_erhel_deputee @AlexArchambault je vais poser la question @JJUrvoas !
22hreplyretweetfavorite
c_erhel_deputee Art 9 PJ lutte contre le terrorisme : la #ComNum en faveur du recours au juge avant blocage & question sur efficacité http://t.co/xdCdGHAmtj
22hreplyretweetfavorite
c_erhel_deputee #DirectAN Texte Simplification de la vie des entreprises avec @montebourg @mandonthierry Priorité du quinquennat, simplifier, accélérer
c_erhel_deputee @rvbzh @JJUrvoas merci de lire notre communique sur nos blogs respectifs, pas de double langage et nous présents jusqu a samedi 2h15
c_erhel_deputee RT @JJUrvoas: Se promener au bord de l'océan en Bretagne penser aux débats sur la #Réformeterritoriale et se dire qu'on a eu raison http://…

Corinne Erhel



Carte des régions : l’essentiel est préservé

 

L’Assemblée nationale a donc adopté ce vendredi à 6h du matin, après une longue nuit de confrontations, une nouvelle carte à 13 régions qui maintient dans leurs limites actuelles tant la Bretagne que les Pays de la Loire et le Centre. Nous savons le sentiment de déception qu’elle suscitera chez un grand nombre de Bretons – et nous le comprenons. Cependant, dès lors que le Président de la République n’avait pas souhaité ouvrir le débat sur le périmètre des régions, le rattachement de la seule Loire-Atlantique à la Bretagne demeurait en réalité, à ce stade, un objectif inatteignable. Comme nous l’avons toujours dit, l’alternative ne pouvait alors être qu’entre le statu quo et la fragilisation dans un ensemble non identifié.

La position des députés socialistes est connue depuis notre réunion du 29 juin à Lorient autour de Jean-Yves Le Drian et de Pierrick Massiot. Membres de la majorité parlementaire, soutiens indéfectibles du Gouvernement de Manuel Valls, notre choix était celui du statu quo, seul cadre pertinent susceptible d’autoriser de futures évolutions.

En ce sens, l’adoption de cette carte est une victoire symbolique car le rapport de force, à l’Assemblée, penchait très clairement en faveur d’une fusion avec les Pays de la Loire, proposée par des amendements émanant des groupes socialiste, UDI et UMP. Que nous l’ayons évitée relève du miracle. A défaut d’avoir concrétisé l’idéal, nous assumons donc d’avoir préservé l’essentiel.

Ensemble, depuis le dépôt du texte devant l’Assemblée, chaque fois qu’il était possible de le faire, nous avons mené ce combat contre la fusion, forts de la conviction que la Bretagne, à l’échelle européenne, n’a aucun problème de taille, seulement un problème de puissance de feu.

La prochaine étape est déjà connue. Ce sera à l’automne prochain, lors de la discussion du projet de loi sur les compétences des régions, afin que la Bretagne se voie octroyer les moyens de son rayonnement national et international. Nous nous mobiliserons pleinement à cette occasion. Quant aux coopérations avec les Pays de la Loire (ou avec la Normandie réunifiée d’ailleurs), elles se poursuivront comme par le passé – les limites régionales n’ayant rien de frontières infranchissables…

Corinne Erhel, Députée des Côtes d'Armor

Jean-Jacques Urvoas, Député du Finistère & Président de la Commission des Lois

%18 %695 %2014, %15:%Juil
 
Page 1 sur 317

Les autres actualités à la une