c_erhel_deputee @gaellesaout excellente nouvelle! #otages #Syrie
6hreplyretweetfavorite
c_erhel_deputee RT @Elysee: Le président @fhollande a appris avec un immense soulagement la libération des journalistes français en #Syrie http://t.co/Aqo9
6hreplyretweetfavorite
c_erhel_deputee Sur mon blog mon intervention devant @regionbretagne: de l’audace pour préparer l’avenir des Bretonnes et des Bretons http://t.co/tj7fXraUZX
24hreplyretweetfavorite
c_erhel_deputee Avec @JY_LeDrian a PLOUHA (Cotes d'armor) Cérémonie du 70e anniversaire de la Libération et du réseau SHELBURN.. http://t.co/bv3vmeAGUe
c_erhel_deputee @emmanuelglais un voeu du president du conseil regional sur ce sujet a eté adopté hier soir


Mon intervention lors de la session du Conseil régional de Bretagne : faire preuve d’audace pour préparer l’avenir des Bretonnes et des Bretons

Je suis intervenue hier au nom du groupe socialiste devant le Conseil régional de Bretagne. J’ai tenu à insister sur les nombreux atouts, compétences et ressorts dont disposait la Bretagne pour faire face aux défis qui se posent aujourd’hui à elle.

Alors qu’étaient discutés des sujets porteurs d’enjeux majeurs, il m’a semblé nécessaire de rappeler la nécessité d’avancer ensemble, soudés et rassemblés, et d’oser faire preuve d’audace afin de faire de la Bretagne une région ouverte, attractive et pionnière du redressement.

 

Consulter le texte de mon intervention

Capture intervention rigon

publié le 18 avril 2014, 15:14
 

Mes questions à Arnaud Montebourg lors de son audition sur la vente de SFR

La commission des Affaires économiques et la commission des Finances ont auditionné hier soir Arnaud Montebourg, ministre de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique, sur la vente du 2ème opérateur de télécommunications français : SFR. Il était accompagné de la nouvelle secrétaire d’Etat chargée du Numérique, Axelle Lemaire.

J’ai souligné à cette occasion la nécessaire prise en compte de la dimension emploi et investissement. J’ai notamment interrogé le ministre sur les différents scénarios de rapprochement qui auraient pu être envisagés en anticipation, alors que la situation de SFR était connue depuis longtemps. Il m’a semblé une nouvelle fois pertinent de rappeler l’importance de développer notre culture de l’étude de l’impact en amont de décisions susceptibles modifier la structure d’un secteur essentiel de l’économie française.

Consulter la vidéo de mon intervention

 

Consulter la réponse du ministre (à 9'55)

publié le 10 avril 2014, 15:35
 

Discours de politique générale : apaiser et rassembler pour redonner confiance en l’avenir

Le Premier ministre, Manuel Valls, a prononcé mardi 8 avril devant l’Assemblée nationale son discours de politique générale. Il a été approuvé à 306 voix contre 239.

Cette intervention a permis au nouveau chef du Gouvernement d’ouvrir une nouvelle étape du quinquennat et de présenter ses ambitions pour la France en évoquant les grands chantiers qu’il entendait lancer dans les mois à venir.

Le Premier ministre a invité la représentation nationale à travailler de concert afin d’apaiser, de préparer l’avenir du pays et de redonner confiance aux Français. Cette démarche de dialogue sera la même avec les partenaires sociaux et les élus locaux.

S’appuyant sur les nombreux atouts de la France, ses services publics, sa culture, ses entreprises, ses infrastructures, sa culture mais aussi sa créativité et son esprit d’innovation, Manuel Valls entend mener une politique volontaire qui permettra à la France de trouver durablement le chemin de la croissance, de l’emploi, de l’égalité mais aussi de développer son attractivité internationale.

Des annonces phares ont été faites pour satisfaire ces objectifs ambitieux.

Tout d’abord, la volonté de donner corps au pacte de responsabilité et de solidarité. Il s’agira notamment de baisser le coût du travail avec une mesure forte pour encourager les entreprises à développer l’emploi : dès le 1er janvier 2015, les cotisations patronales à l’URSSAF seront entièrement supprimées au niveau du SMIC. D’autre part, les travailleurs indépendants et artisans bénéficieront à la même date d’une baisse de plus de trois points de leurs cotisations familles. Relever l’investissement passera aussi par un allègement de la fiscalité des entreprises avec des contreparties contraignantes notamment en matière de création et de qualité de l’emploi, de formations et de qualifications. L’action du gouvernement permettra également aux salariés ayant les revenus les plus modestes de retrouver du pouvoir d’achat en jouant sur les cotisations salariales pour augmenter leur revenu net. Cela représentera 500 euros net par an pour un SMIC.

La croissance de la France passera aussi par l’économie verte et la transition énergétique. Créatrice d’emploi, elle nous permettra de nous doter d’une véritable « stratégie bas carbone » avec pour objectif principal de réduction de 30% notre consommation d’énergie fossile et de 40% nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2040.

Ces mesures auront un coût et le redressement de la France est indissociable de la maîtrise de la dette, laquelle n’a cessé de s’envoler depuis 20 ans. Pour autant, le sérieux budgétaire qui nous permettra d’économiser 50 milliards d’euros sur 3 ans ne sera pas synonyme d’austérité, il sera le fruit d’un effort collectif pour retrouver l’équilibre.

Manuel Valls a ainsi annoncé une réforme structurelle forte : celle du millefeuille territorial avec moins de régions, une nouvelle carte des intercommunalités, des compétences clarifiées et exclusives ainsi qu’une réflexion sur le devenir des conseils départementaux.

publié le 09 avril 2014, 13:46
 

Question écrite : passagers admissibles sur les navires de plaisance à utilisation commerciale

Mme Corinne Erhel attire l'attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche, sur l'arrêté du 13 septembre 2013 relatif à la détermination de passagers admissibles sur les navires de plaisance à utilisation commerciale (NUC) en application du 3-C de l'article 1 du décret n° 84-810 du 30 août 1984. Cet arrêté établit les critères et conditions de sécurité permettant de fixer pour chaque navire, le nombre de personnes pouvant embarquer. Il prévoit la détermination d'un nombre maximum de passagers et semble imposer, en son article 15, la répartition des passagers dans les différentes catégories de locaux ou zones. Les dispositions de cet arrêté inquiètent les professionnels exploitant de bateaux de patrimoine, dont ils craignent qu'elles ne fragilisent leur activité. Elle le remercie de bien vouloir lui faire connaître les suites qui pourront être réservées afin de répondre à ces inquiétudes.

Texte de la réponse du ministère publiée le 01/04/2014

L'arrêté du 13 septembre 2013 a été pris en application du 3 - C de l'article 1 du décret n° 84 810 du 30 août 1984, à la suite de la modification de ce décret intervenue le 6 juin 2013. Cette dernière modification a pour but de relever le nombre de personnes pouvant embarquer sur les navires de plaisance à utilisation commerciale. Il ouvre le droit à l'embarquement d'un maximum de 30 personnes sur les navires à voile, voire 120 pour les navires historiques ou leur réplique. L'arrêté du 13 septembre 2013 établit les critères et conditions de sécurité, permettant de fixer pour chaque navire, le nombre de personnes pouvant embarquer. Cette possibilité d'augmenter le nombre de passagers à bord des navires à voile et particulièrement ceux du patrimoine, est donc une avancée pour le secteur. L'objectif de l'arrêté est de déterminer ce nombre de passagers en fonction de l'utilisation du navire, et non de fixer la place de ces passagers lors de la navigation, ce qui relève de la responsabilité du capitaine. Lors de la publication de l'arrêté, la formulation des critères a suscité une certaine inquiétude. Aussi, une nouvelle phase de concertation avec les professionnels s'est engagée, en vue de clarifier la rédaction de cet arrêté qui sera donc prochainement modifié.

publié le 04 mars 2014, 12:06
 

Projet de loi Artisanat, Commerce et TPE pour le maintien d’une offre commerciale et artisanale de qualité sur les territoires

L’Assemblée nationale a adopté la semaine dernière en première lecture le projet de loi sur l’artisanat, le commerce et les très petites entreprises avec 297 voix pour, 165 contre et 5 abstentions.

J’ai voté ce projet de loi qui vise à doter les entreprises du secteur de l’artisanat et du commerce, souvent de petite taille, d’outils adaptés pour maintenir et développer une offre diversifiée sur les territoires.

Fruit d’un processus de concertation avec les partenaires sociaux, il s’articule autour de trois axes majeurs : l’aménagement des procédures liées aux baux commerciaux, le développement des Très Petites Entreprises (TPE) et la facilitation de l’intervention publique dans les territoires par l’instauration de nouveaux moyens donnés à l’Etat et aux territoires.

Afin de dynamiser les commerces de proximité, le texte projette de réformer les baux commerciaux en maîtrisant les hausses de loyers afin d’éviter des écarts brutaux que les locataires ne peuvent pas assumer. Il améliore également la transparence des relations bailleurs/locataires et instaure la préférence du locataire en cas de vente du local.

Une autre des mesures majeures de ce projet de loi est de mettre sur un pied d’égalité les entreprises individuelles et les auto-entrepreneurs. Il réussit ainsi à recentrer le régime auto-entrepreneurial vers son but initial : être un tremplin pour la création d’entreprises. Le texte du gouvernement a été très largement enrichi par les apports issus du rapport de Laurent Grandguillaume : la réforme met ainsi en place un statut juridique unique de l’Entreprise Individuelle. Ce nouveau statut était très attendu par les auto-entrepreneurs, mais aussi par les artisans.

Le projet de loi prévoit également de valoriser les savoir-faire en redonnant du sens à la qualité d’ « artisan ». Il faudra désormais justifier d’un diplôme ou d’une expérience pour s’en prévaloir. La vérification des qualifications sera désormais automatique lors de l’inscription à la Chambre des métiers et de l’artisanat, et les pouvoirs publics pourront plus facilement vérifier les assurances obligatoires.

Enfin, le fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce devrait également être refondu en vue de mieux définir les actions prioritaires et cibler les territoires les plus en difficulté.

Consulter le dossier législatif sur le site de l’Assemblée nationale

Consulter le dossier dédié sur le site du Ministère

publié le 26 février 2014, 10:18
 

Question écrite : sécurité des biens culturels

Mme Corinne Erhel attire l'attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur la sécurité des biens culturels et plus particulièrement sur les moyens de lutte contre le trafic des œuvres d'art volées. Dans le cadre du renforcement de la lutte contre le trafic des œuvres d'arts volées, elle la remercie de bien vouloir lui faire connaître les conditions d'accès des collectionneurs et des professionnels du marché de l'art à une base de données nationale répertoriant les œuvres d'art volées.

publié le 25 février 2014, 14:08
 

Forte mobilisation des acteurs français, notamment bretons, du numérique venus nombreux au Mobile World Congress de Barcelone

J’accompagne depuis hier Fleur Pellerin, Ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique, lors de sa visite du Mobile World Congress de Barcelone, rendez-vous incontournable de l’innovation numérique mondiale, afin de soutenir les nombreuses entreprises françaises présentes et promouvoir l’initiative French Tech.

Le pavillon français, véritable vitrine technologique française, est le plus important du salon. Organisé par UBIFRANCE pour développer l’offre française à l’international, il réunit en effet plus de 110 groupes, PME, ETI ou start-ups, tandis que de grands groupes comme Orange et Alcatel-Lucent disposent de leur propre stand.

Au sein de la représentation française, je me réjouis de l’enthousiasme et de la forte mobilisation de la délégation bretonne.

Accompagnées par Bretagne Commerce International, une dizaine d’entreprises bretonnes participent en effet au salon afin de présenter leurs compétences et leurs innovations. Aux côtés de AriadNEXT, Enensys Technologies, MBA Multimedia, Perceptiva Labs, SAS Broadpeak, SDMO Industries, SecureIC, SmartViser, Taztag, j’ai notamment eu le plaisir de retrouver les représentants de l’entreprise lannionaise Ekinops, dont l’attractivité ne cesse de se confirmer.

 

Consulter le site du Mobile World Congress

 

publié le 25 février 2014, 13:35
 

Mes questions à Bruno Lasserre, Président de l’Autorité de la Concurrence, lors de son audition à l’Assemblée nationale

La Commission des Affaires économiques a auditionné hier Bruno Lasserre avant de se prononcer sur le renouvellement de son mandat à la tête de l’Autorité de la Concurrence. J’ai tenu à l’interroger sur sa vision de la filière télécom française dans son ensemble, notamment concernant l’équilibre entre intérêt du consommateur, niveau d’investissement et emploi, mais aussi sur les aspects sur lesquels il envisage de se concentrer au cours du mandat à venir.

Liées au développement de l’économie des applications et des nouveaux usages, les VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur) connaissent une forte croissance. J’ai également souhaité avoir son analyse du conflit qui les oppose aujourd’hui aux chauffeurs de taxis.

Consulter la vidéo de mon intervention

Consulter la réponse de Bruno Lasserre à 23'40

Consulter le site de l’autorité de la concurrence

publié le 20 février 2014, 12:33
 

Trégor-Goëlo : focus sur un écosystème favorable à l’innovation et au développement économique

Le numérique est un levier de croissance et de création d‘emploi dont la Bretagne et le Trégor-Goëlo se sont emparés depuis de nombreuses années. Le numérique, infrastructures, plateformes, applications et services, fait partie des grandes priorités de la Région Bretagne.

Le bassin lannionais a su se diversifier, impulser une dynamique économique durable et encourage l’innovation en offrant un cadre favorable aux start-ups, TPE, PME, PMI et grands groupes.

Forte de ses nombreux atouts, dont notamment un écosystème diversifié, une culture de l’innovation, des établissements d’enseignement supérieur reconnus, un cadre de vie de qualité pour les entrepreneurs et les salariés, des infrastructures de qualité, des frais de structures bas avec un prix au mètre carré faible, la technopole de Lannion développe également un projet d’accélérateur pour les entreprises innovantes : PASSION.

Convaincue de la pertinence de ce projet, je le soutiens fortement depuis son origine.

Cette initiative participe en effet d’une volonté de développer un écosystème innovant en lien avec les autres pôles technologiques français.

C’est dans cette logique partenariale de coopération et de complémentarité interterritoriale que la technopole lannionaise va se porter candidate à la labellisation « French Tech », mise en place par Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique en novembre dernier, pour faire grandir les sociétés innovantes.

Témoignage de jeunes entrepreneurs lannionais via @Anseaume : Startups totalement à l'Ouest
Consulter les articles parus dans les Echos du 18/02/2014 sur la dynamique lannionaise :
A Lannion, la « mini-Silicon Valley » ne connaît pas la crise
Apizee simplifie l'usage de la téléconférence
Ekinops dame le pion aux grands du marché
Les lasers Keopsys mesurent la force du vent

Consulter le site de la Technopole Anticipa de Lannion

 

publié le 18 février 2014, 17:23
 

Le Trégor-Goëlo affiche ses compétences et ses ambitions dans le Très Haut Débit, l’optique et le numérique lors de la visite de Jean-Yves Le Drian à Lannion

Jean-Yves le Drian, Ministre de la Défense et Président du syndicat mixte e-Mégalis, a visité aujourd’hui l’entreprise IDIL, spécialisée dans les domaines de l’optique, avant d’assister au lancement de la fibre optique à Lannion, organisé par Orange.

Alors que le Ministre de la Défense a appelé de ses vœux le 7 février dernier la création d’un « Breizh cyber cluster (1)», cette visite marque une nouvelle fois la reconnaissance des compétences et l’expertise numériques du Trégor-Goëlo.

Aux côtés des autres pôles bretons de Brest, Lorient et Rennes, le technopôle de Lannion, avec son tissu dynamique de grands groupes, PME/PMI et d’établissement d’enseignement supérieur et de recherche, dispose en effet du potentiel technique et innovant pour contribuer à l’ambition industrielle de la France en la matière.

Identifié par le Président de la République comme l’une des quatre grandes filières d’avenir et mis en avant par le gouvernement au sein des 34 plans de reconquête industrielle, le numérique est désormais au cœur de la stratégie industrielle française.

Après le lancement en novembre dernier de l’initiative French Tech (2) par Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique, le déplacement de François Hollande dans la Silicon Valley (3) dans le cadre de son voyage officiel aux Etats-Unis est un nouveau signe du poids du numérique dans notre pays et notre économie.

Grâce à leur culture de l’innovation, leurs compétences reconnues mondialement et leur tissu d’acteurs économiques performants, la Bretagne et notamment le Trégor-Goëlo doivent valoriser leurs compétences de pointe dans un grand nombre de secteurs d’avenir comme l’optique, le cloud computing (informatique en nuage), les objets connectés, la cybersécurité, la e-santé, les transports intelligents, le big data (données de masse), etc.

Jean-Yves Le Drian a d’ailleurs rappelé ce matin que la Bretagne avait pour ambition d’être un territoire d’excellence numérique et l’une des premières régions européennes connectées. Cela passera notamment par le Plan Bretagne Très Haut Débit, qui nous permettra de disposer de réseaux performants, capables d’offrir à tous des débits suffisants et croissants pour faire face aux usages qui se développent.

Alors que la société Cristalens, premier fabricant français d'implants intraoculaires et établi à Lannion, a été auditionnée par la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale le 22 janvier dernier, la presse s’est également fait récemment l’écho de réussites de PME lannionaises innovantes :
Lire l’article paru dans les Echos le 17/02/2014 : Voxygen numérise les voix humaines
Lire l’article paru dans Le Télégramme le 12/02/2014 : Les bons oracles de PredicSis
Lire l’article paru dans Ouest France le 10/02/2014 : Santé et technologies : la mutation passe par le Trégor
Lire l’article paru dans Les Echos le 06/02/2014 : PredicSis, le Big Data breton s'exporte dans la Silicon Valley
Lire l’article paru dans Le Trégor le 29/01/2014 : L'institut de recherche technologique lancé

(1) Article paru sur le site de Ouest France le 07/02/2014
(2) Article paru sur le blog « Start-up » de Challenges le 13/02/2014
(3) Article paru sur le site du Monde le 12/02/2014

publié le 17 février 2014, 17:07