c_erhel_deputee PHOTONICS Bretagne, @BzhP , cluster d'acteurs industriels, académiques et de PME/TPE tres innovantes dans les techno Photoniques. Lannion
15hreplyretweetfavorite
c_erhel_deputee RT @manuelvalls: La gauche, celle qui gouverne, c'est faire ! Surtout quand c'est difficile. #ueps
c_erhel_deputee RT @manuelvalls: Le courage d'agir, le courage de réformer. #ueps
c_erhel_deputee Merci @PhilippeDuron de nous faire vivre chaque jour les JEM de Normandie, bel événement sportif
c_erhel_deputee A lire "L'appel des 200 députés socialistes, ni godillots ni déloyaux" que j’ai cosigné http://t.co/LqJOq9gZFO et sur @lemondefr

Corinne Erhel



Extraction de sable coquillier en baie de Lannion-Côte de Granit rose : le gouvernement réunit les parties concernées et encourage la concertation

J’ai participé hier après-midi à une table ronde organisée à l’initiative d’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, pour discuter du projet contesté d’extraction de sable coquillier en baie de Lannion-Côte de Granit rose.

Annoncée à l’Assemblée nationale lors de l’audition du ministre en Commission des Affaires économiques le 9 juillet dernier, cette table ronde a réuni les différentes parties concernées : le ministre, le pétitionnaire -la compagnie armoricaine de navigation-, les différents conseillers ministériels en charge de ce dossier, la région Bretagne, le président de la communauté d’agglomération de Lannion, les parlementaires (moi-même et Yannick Botrel, sénateur des Côtes d’Armor), le collectif Peuple des Dunes en Trégor, le comité départemental des pêches des Côtes d’Armor, du Finistère ainsi que le vice-président de la commission environnement du comité régional des pêches.

J’ai rappelé à cette occasion que, sans être opposée à l’extraction de sable dans son principe, il me parait essentiel d’être extrêmement vigilant sur la localisation envisagée, les volumes extraits, les conditions d’exploitation et les conflits d’usages. La Bretagne est en effet une terre d’équilibre entre les intérêts en mer et ceux à terre. Ainsi, il est de notre devoir d’élus de veiller au maintien de cet équilibre en se posant la question de l’impact écologique, de la réversibilité du projet mais aussi des conséquences économiques et sociales sur les autres activités.

Un projet de cette envergure doit être acceptable sur le plan social, économique et environnemental alors que la zone d’extraction envisagée est sensible écologiquement, à proximité de deux zones Natura 2000 et d’une réserve naturelle, mais aussi économiquement avec d’autres activités clés comme la pêche professionnelle, la plaisance, la plongée, etc. En effet, si l’on peut comprendre les enjeux en matière de développement et d’emplois pour la compagnie armoricaine de navigation, il est aussi indispensable de mesurer l’impact pour l’économie et l’emploi locaux d’un tel projet.

Lors de cette table ronde le ministre a demandé à ses services que l’ensemble des études complémentaires réalisées (était initial, courantologie, lançon, activités pêche sur site, etc.) soient communiquées dans les plus brefs délais à l’ensemble des parties. L’impact économique, social et environnemental à long terme du projet a été particulièrement souligné par les représentants des pécheurs présents, c’est un point qui, pour eux, devra être particulièrement travaillé.

Les échanges vont continuer et il est prévu que nous nous retrouvions dans un mois pour une nouvelle table ronde.

Consulter l’article de Ouest France sur leur site

Consulter l’article du Télégramme sur leur site

Consulter ma question orale sans débat sur le sujet

%28 %406 %2013, %08:%Aoû
 
Page 61 sur 320