Agriculture : répondre à l’urgence et redonner des perspectives

Alors que le monde agricole manifeste aujourd’hui à Paris, nous sommes allées ce matin à la rencontre des agriculteurs rassemblés devant l’Assemblée nationale. Nous avons ainsi eu des échanges riches, directs et francs avec des agriculteurs bretons notamment.
La France doit demeurer la première puissance agricole d’Europe alors que l’agriculture est un secteur clé pour l’économie française et bretonne mais aussi pour l’aménagement du territoire, auquel participent largement les agriculteurs.
C’est pour soutenir cette ambition forte que le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé aujourd’hui, à l’issue de son entretien avec les représentants agricoles, un ensemble de mesures volontaires et à la hauteur des enjeux. Elles prévoient notamment l’augmentation des crédits d’urgence, une dotation supplémentaire pour le fonds d’allégement des charges permettant la mise en place d’une année blanche sur les dettes bancaires, une réflexion sur la simplification des normes ainsi qu’une augmentation des aides publiques de 350 millions d’euros par an pendant 3 ans permettant in fine 3 milliards d’euros d’investissements subventionnés dans les exploitations sur 3 ans.
Mais cette crise est aussi européenne. Le gouvernement entend donc porter ces sujets au niveau communautaire et être moteur dans l’accélération de la convergence entre les différents Etats membres à l’occasion notamment du sommet européen exceptionnel du 7 septembre qui réunira, à l’initiative de la France, les ministres de l’Agriculture des Vingt-Huit.

Corinne Erhel & Viviane Le Dissez, députées